Depuis plus de trois ans, l’asbl Modus Vivendi, avec le soutien de la COCOF, a mis en place à Bruxelles un projet de Réduction des Risques (RdR) liés à la surconsommation d’alcool en milieu étudiant.

Si en Belgique, la consommation d'alcool est culturellement valorisée, sa place au sein du milieu estudiantin est source de controverses. Certes, l’entrée à l’université représente une période d’initiation à la consommation d’alcool pour certains étudiants. Ces premières consommations massives peuvent s’accompagner de prises de risques.

Il existe toutefois des moyens concrets pour réduire ces risques. En effet, des initiatives de promotion de la santé et de Réduction des Risques (RdR) liés à la consommation d’alcool sont actives dans le milieu étudiant.

L’asbl a relevé les points importants pour la réussite de projets:

  • Inclure l’ensemble des acteurs : le public cible (les étudiants) et le public relais (les autorités académiques, les membres du personnel, les gérants des lieux festifs, etc.) sont partenaires et acteurs du projet.
    De plus, le projet repose sur la méthode de prévention par les pairs : des étudiants, organisateurs d’activités festives ou investis dans un cercle étudiant, formés à la RdR, sensibilisent et informent d’autres étudiants lors d’interventions.
  • Agir globalement : pour que le projet soit efficace, il est nécessaire d’agir globalement et d’adopter une stratégie multifactorielle incitant notamment à la construction d’un environnement
    • favorable (points d’eau potable, préservatifs, prix attractif des softs,…),
    • facilitant l’accès à l'information (campagne de sensibilisation)
    • facilitant le développement de compétences (formation des organisateurs d’activités festives, stands de sensibilisation) et des aptitudes nécessaires pour un choix individuel éclairé en matière de consommation d’alcool.
  • Travailler au sein des milieux de vie : pour toucher un public cible, il est nécessaire d’intervenir là où il se trouve. Le projet va directement à la rencontre des étudiants sur leurs lieux de vie.
  • Suspendre le jugement, sans banaliser l’usage : pour assurer leur participation, il est essentiel que le projet s’adresse aux étudiants dans une démarche de non-jugement. Il est recommandé d’employer un ton non-moralisateur qui ne soit pas incitant mais objectif et clair, sans toutefois banaliser la consommation.

En vue de partager les expériences et les constats recueillis depuis le lancement du projet, Modus Vivendi a rédigé :

  • un guide pratique pour aider à l’implantation d’un projet de RdR liés à l’usage d’alcool en milieu étudiant ;
  • une brochure : « Consommation d’alcool en milieu étudiant bruxellois : un projet de Réduction des Risques » reprenant les résultats quantitatifs sur les pratiques festives des étudiants bruxellois et les actions mises en place au sein de l’Université de Saint-Louis et de l’Université Libre de Bruxelles

D’après un communiqué de l’asbl Modus Vivendi.

Cherchez un soignant inscrit au réseau alcool mis en place par la SSMG