« Mon mari n’a aucune volonté ! » ; « Docteur, je n’ai aucune volonté ! » ; « Un peu de volonté et il s’en sortirait ! » 
Faut-il de la volonté pour vaincre son alcoolisme ?

L’alcoolodépendance et le mésusage d’alcool de façon plus large sont considérés comme une maladie bio-psycho-sociale ; l’alcoolodépendance comme une « maladie du cerveau ».

Maladie ? La génétique pèse pour 50 % du poids dans les causes de l’alcoolodépendance. L’épidémiologie nous apprend que, chez les patients alcoolodépendants admis en cure dans les hôpitaux psychiatriques on observe jusqu’à 75 % de troubles « cognitifs » induits par la consommation, c’est-à-dire une réduction majeure chez ces patients d’une série de facultés mentales (atteintes souvent réversibles, parfois irréversibles). Parmi ces facultés mentales : y voir clair dans son propre état physique et psychique (ce qu’on appelle parfois le « déni » est, dans certains cas, quasi organique par atteinte toxique des neurones) ; l’aptitude à établir des relations sociales de qualité avec l’entourage peut être perturbée de façon organique ; les processus de prise de décision peuvent être altérés de façon organique ; l’aptitude à dire non à un automatisme de consommation acquis au fil des années peut être réduite de façon majeure et organique. Si tout le monde sait que l’alcool est un hépatotoxique majeur, trop de gens ignorent encore la neurotoxicité organique majeure induite par l’abus d’usage d’alcool.

Si la « volonté » n’est pas en cause, quels sont alors les processus à mettre en place pour s’en sortir ? Dans la démarche d’abstinence, il y un processus pédagogique ; on va apprendre un nouveau mode de vie. Apprendre à se connaitre soi-même, apprendre à gérer ses émotions sans un « produit », apprendre à dire non à l’alcool et à d’autres sollicitations, apprendre à gérer le contact social, apprendre à se relaxer autrement, apprendre à mettre des priorités. Tout ceci ne se fait pas « seul » ; pour s’en sortir, il faut se faire aider par des professionnels et des groupes d’entraide.

La « volonté » est une qualité morale et l’expression du caractère d’une personne bien décrite dans les romans du XIXe siècle ; le monde a changé !

Cherchez un soignant inscrit au réseau alcool mis en place par la SSMG