Quel est l’impact de l’alcoolisme des parents sur leurs enfants ?

Quand les parents boivent, les enfants trinquent ! (et dès leur plus jeune âge)

Ces enfants connaitront souvent la violence :
Coups, humiliations, reproches, paroles haineuses envers l’enfant ou l’autre parent, abus sexuels. La violence maternelle aussi existe. Le parent alcoolique est souvent « amnésique » une fois la crise de boisson passée ; l’enfant non. Il y a le cas des enfants plus âgés prenant la défense du parent violenté, s’interposant, appelant des secours, s’attachant à calmer le parent agressif, n’allant pas à l’école pour « veiller » et protéger.

Ces enfants vivront dans la honte :
Honte de la déchéance du parent buveur. Pire : faire tout pour que ceci reste caché. Crainte des jugements négatifs du parent concerné. La « gêne » mènera à l’isolement social : on n’invite plus ses amis à la maison. La honte engendre bien souvent le secret exigé par le parent alcoolique ou le parent non-alcoolique, voire spontané. Il y a alors le poids du silence.

La communication intrafamiliale et les rôles familiaux vont être perturbés :
L’enfant peut adopter des comportements de fuite : fuir la maison, se consacrer aux études et y exceller, investir le sport, investir la drogue.
L’enfant peut en venir à un comportement d’hyper-responsabilité : il y a parfois une véritable « parentification » de ces enfants : les rôles sont inversés. C’est parfois vécu comme valorisant par ces enfants dans un premier temps mais il s’agit d’une problématique majeure ultérieure : l’enfance volée.
Il va se développer des alliances au sein de cette famille : l’enfant va, de fait, se faire l’allié du parent non-alcoolique.

Au mieux, le parent alcoolique sera le « grand absent » de sa famille.
Si le parent alcoolique n’est pas à l’origine des problèmes susmentionnés, il sera souvent le grand absent de cette famille et c’est là aussi une problématique significative. Parfois la personne alcoolique sera « infantilisée » et deviendra le 5ème enfant d’une famille où il y en a quatre.

Cherchez un soignant inscrit au réseau alcool mis en place par la SSMG